Sélectionner une page

Que dit la loi ?

D’après le site officiel de l’administration Française :

Tout vélo doit être équipé des éclairages et signalisations suivants :

  • Un ou plusieurs catadioptres
     arrière (ainsi que la remorque, si nécessaire)
  • Catadioptres orange visibles latéralement
  • Catadioptre blanc visible de l’avant
  • Catadioptres de couleur orangée sur les pédales
Les catadioptres, ce sont ces petits réflecteurs, blancs ou orange Photo by Anton Darius | @theSollers.

La nuit, ou le jour lorsque la visibilité est insuffisante, tout vélo doit être équipé des 2 feux suivants :
Feu de position émettant vers l’avant une lumière non éblouissante, jaune ou blanche
Feu de position arrière qui doit être nettement visible de l’arrière lorsque le vélo est utilisé.

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F34169

Comment choisir ses feux vélos ?

Pour faire simple, il vous faut au minimum un feu avant et un arrière. L’avant doit être assez puissant pour voir en plus d’être vu.

Il vaut mieux prévoir une autonomie qui corresponde à vos sorties les plus longues. Attention, les autonomies des feux de vélo annoncées sont souvent maximales, c’est-à-dire avec l’intensité lumineuse au minimum.

Pile, batterie ou dynamo ? Je recommande clairement la batterie aux piles : rechargeable en USB (micro USB standard à défaut d’USB-C, encore plus standard mais un peu trop récent pour être présent sur la majorité des feux vélo). Les piles génèrent des déchets et les appareils à pile sont plus coûteux à l’utilisation sur le long terme. Je ne recommande pas les dynamos qui sont parfois pas pratiques à ajuster et qui peuvent ralentir à cause du frottement. Cependant elles ont l’avantage de ne jamais être à court de batterie et d’être bon marché !

Normalement, tous les feux vélos sont étanches, en tout cas tous ceux de ce guide le sont !

Côté emplacement, le mieux est d’avoir des feux placés en hauteur car plus ils sont bas, moins ils sont visibles pour les autres usagers. Des feux sous la selle et sur le guidon sont préférables à des feux sur la fourche et au niveau de la roue arrière.

Lumière avant

La lumière avant est la seule qui doit permettre de voir en plus d’être vu. C’est donc logiquement le phare le plus puissant. On ne va pas s’attarder sur les calculs de puissances des sources lumineuses car lecyclo.com a déjà fait un bon article sur le sujet.

Raypal – Eclairage 300 lumens

Cliquer sur l’image pour acheter le produit sur lecyclo.com

Ce feu avant vélo d’une puissance de 300 lumens dispose d’une autonomie maximale de 12 heures et se recharge par micro USB. Compatible avec les guidons de 20 à 40mm de diamètre. Un très bon rapport qualité/prix pour moins de 25€.

Myguru – Kit avant + arrière 400 lumens

Pour moins de 15€, vous avez une lumière avant de 400 lumens, rechargeable en micro USB. En plus, une petite lumière arrière, elle aussi micro USB mais moins puissante, est fournie avec. L’autonomie du feu avant est d’environ 2h, mais à ce prix là ça reste un excellent kit.

Knog – 600 lumens

Ce feu avant est l’un des plus puissant du marché. A l’intensité maximale, la lampe délivre 600 lumens : c’est idéal pour voir loin mais éblouissant pour ceux qui sont en face. On peut heureusement régler l’intensité selon plusieurs niveaux. L’autonomie n’est que de 2 heures 20 minutes à intensité maximale mais on peut souvent se contenter de l’intensité intermédiaire qui tient plus de 6 heures.

feu-velo-avant-600-lumens-pwr-road-avec-batterie-externe-knog_full_2.jpg

La partie LED de cette lampe est amovible et laisse apparaître le port micro USB pour la recharge ainsi qu’un port USB “classique” sur lequel on peut brancher un câble pour transformer la lampe en batterie externe et ainsi recharger son smartphone ou tout autre appareil. Par contre on ne peut pas recharger un appareil et utiliser la lampe en même temps. Principal défaut de feu vélo : son prix.

Lumière arrière

Feu arrière Dracarys

Ce feu arrière propose pour environ 20€ :

  • une autonomie d’une vingtaine d’heures
  • un rechargement par USB
  • plusieurs modes d’éclairage dont un qui augmente l’intensité des LED lors des freinages
  • une étanchéité en cas de projection d’eau
  • une extinction automatique si vous ne bougez pas pendant 30 secondes
  • une fixation sur tube de selle ou directement sous la selle

Le point fort de cette lumière est la présence de l’accéléromètre qui permet détection des freinages et de mouvements.

Feu arrière Asvert

Doté des mêmes fonctions que le feu précédent pour 4€ de plus, ce feu arrière pour vélo se distingue par son design un peu plus travaillé mais aussi sa compatibilité avec les casques : vous pouvez le fixer à l’arrière de votre casque ou sur le tube de selle.

Lumière arrière USB

Plus simple mais aussi 2 fois moins cher que les autres éclairages arrières, ce feu ne détecte pas les freinages et ne tient que 2 heures s’il est allumé en continu. Petite originalité : il peut s’allumer en bleu et même en clignotant bleu et rouge, si vous voulez vous faire passer pour la police à vélo ?

Lumières casques ou sacs

Kit lumière vélo avant + arrière

Pour moins de 15€, ce kit avant + arrière se rechargeant en USB peut se fixer sur un sac à dos, sur la plupart des casques ou sur le guidon du vélo. On peut régler la luminosité et le clignotement des feux avant et arrière qui sont tous les deux imperméables. L’autonomie en luminosité maximale est de 3 heures 30 minutes pour le feu avant et 2 heures 30 pour le feu arrière. S’ils clignotent, cette valeur est doublée et elle augmente encore si on réduit la luminosité.

Réflecteurs et catadioptres

Souvent fournis avec les vélos, les catadioptres sont de trois types : blancs (à l’avant), oranges (sur les pédales et les roues) et rouges (à l’arrière). Avec les 3 articles ci-dessous, vous respectez la loi pour moins de 10€.

Clignotants

Les clignotants à vélo ne sont pas du tout obligatoires mais il est parfois plus pratique d’actionner un bouton en une demi seconde, que de tendre le bras pendant 10 secondes pendant qu’on freine et qu’on commence à tourner…

Clignotants USB

Ces clignotants se composent d’un petit boitier avec 3 boutons : clignotants gauche, droite et “warning”. Ces boutons commandent les feux correspondants à l’arrière, qui se fixent sur le tube de selle ou sur un casque si vous parvenez à l’adapter. Les clignotants se rechargent via micro USB mais la télécommande fonctionne à pile.

Un autre modèle de clignotants, qui fonctionne à pile mais émet un son lorsqu’on active un clignotant. Malheureusement le son n’est pas désactivable et les fixations du clignotant ont tendance à être fragiles; prévoir de les renforcer pour qu’elles tiennent mieux sur le long terme.

Lixada gilet de cyclisme avec LED

Enfin, un dernier article un peu différent puisqu’il s’agit d’un gilet de sécurité qui comporte un ensemble de LED dans le dos, qu’on peut activer via une petite télécommande qui se fixe sur le guidon : Flèche verte vers le haut lorsqu’on avance, flèche orange à gauche ou droite lorsqu’on tourne et point d’exclamation rouge en cas de danger ou d’arrêt.

Je ne l’utiliserais pas personnellement mais des centaines d’utilisateurs semblent très satisfaits de ce gilet. Le gilet se recharge en USB et la télécommande fonctionne à piles.